On vient juste de découvrir une planète tellurique orbitant dans la zone habitable de l'étoile la plus proche de la terre, Proxima du Centaure. Sa masse, encore incertaine, devrait être entre 1.3 et 2 fois celle de la terre, et elle tourne autour de son étoile en 11.2 jours terrestres. Possède-t-elle une atmosphère ? Possède-t-elle de l'eau à sa surface ? Combien dure sa journée ? À quoi ressemble son climat ? Peut-on la voir dans un telescope aujourd'hui ? Ou dans le futur ? Ce site essai de répondre à ces questions en se basant sur des études scientifique que nous avons menées, et qui ont été soumis pour publication à la revue spécialisée Astronomy & Astrophysics.

La planète autour de Proxima Cen (par la suite, Proxima Cen b) est elle habitable ?

Dans deux publications, une équipe d'astrophysiciens Français, Espagnols, Belges, Allemands, Anglais et Américains a étudié la possibilité que cette nouvelle planète soit habitable, c.a.d. qu'elle puisse posseder de l'eau liquide à sa surface. Bien que la distance entre Proxima Cen b et son étoile soit environ 1/20eme de la distance terre soleil, Proxima du Centaure est une étoile très petite (et peu lumineuse) par rapport au soleil. La planète reçoit donc quand même quasiment trois quarts de l'énergie que la Terre reçoit du soleil. Elle est dans dans cette zone idéale, appelée la zone habitable, oł de l'eau liquide pourrait se trouver à la surface de la planète si certaines autres conditions étaient réunies.

L'élément déterminant reste de savoir si la planète a reçu une quantité suffisante d'eau au cours de sa formation, et si elle a réussi à garder cette eau au cours de sa vie. En effet, si la lumière visible qu'une planète reçoit de son étoile ne fait que réchauffer sa surface, les étoiles nous envoient aussi des rayonnements plus énergétiques (rayons UV et X). En chauffant les gaz présents dans la haute atmosphère, ces rayonnements causent la fuite de l'atmosphère vers l'espace, etl la vapeur d'eau présente dans l'atmosphère peut, dans certains cas être, être la première à s'échapper.

Si les calculs montrent que l'atmosphère de la Terre n'est pas mise en danger par ce processus (car le rayonnement X que l'on reçoit du soleil est assez modeste), ce n'est pas forcément le cas pour Proxima Cen b. En effet, en combinant les observations les plus récentes de l'étoile Proxima du Centaure, les chercheurs ont démontrés qu'à l'heure actuelle, la planète reçoit 60 fois plus de ce rayonnement énergétique que la Terre.

Cependant, malgré ces observations, il est encore difficile de quantifier exactement combien d'eau a été perdue par cette planète, car le phénomène d'échappement de l'atmosphère lui même est mal compris. De plus, la quantité totale d'eau et de gaz en général que Proxima Cen b a reçu à sa naissance est très incertaine.

Pour aller plus loin, les chercheurs ont utilisé un modèle numérique tridimensionnel qui permet de simuler le climat sur d'autres planètes. Ainsi, ils ont pu explorer la gamme de climats possibles en fonction de la quantité d'eau et d'atmosphère gardée par la planète. Ceci a montré que si la planète possède plus d'environ 10 pourcents des océans terrestres, de l'eau liquide devrait être présente dans les régions les plus chaudes de la surface (vers l'équateur). Cela confirme surtout que c'est la quantité d'eau totale présente sur la planète qui est le facteur clé. Cette planète est elle un désert aride avec une atmosphère très fine, comme Mars, oł une planète rocheuse avec des océans comme la Terre, oł encore une planète formée principalement d'eau, comme les lunes glacées de Jupiter ? Difficile de trancher, mais toutes ces possibilités sont encore ouvertes.

L'enquête ne fait que commencer, mais ces études montrent que la présence d'eau liquide à la surface de Proxima Cen b ne peut pas être exclue, ce qui fait de la planète une candidate viable pour le titre de planète habitable.

Les observations futures, avec le télescope spatial James Webb (le déscendant de Hubble) ou le telescope de 39 mètres de l'ESO au Chilli, devraient nous en apprendre plus. Si l'on confirmait la présence d'eau et d'une atmosphère, cela serait intriguant que l'étoile la plus proche du soleil abrite aussi la plus proche planète habitable !